L’atelier II – L’image et l’inscription

Ouvrir l’enquête

L’enquête historique s’incarne, entre autres opérations, par la saisie d’un indice ; son examen attentif, et sa mise en relation avec d’autres éléments, issus d’un contexte précis. Dans mon travail, les indices sont des images, des inscriptions, que je collecte à la surface du grand globe terrestre dit de Marly (Vincenzo Coronelli, 1683).

Pris ensemble, tous ces éléments forment comme une collection : images et inscriptions sont intéressantes à la fois pour ce qu’elles disent collectivement (un discours général sur la géographie), et pour ce qu’elles représentent individuellement (des éléments de savoir qui se rapportent à une discipline). Ces indices sont étudiés en les rapportant aux bibliothèques géographiques de la fin du règne de Louis XIV : des ouvrages génériques ou plus spécialisés, qui permettent de les déchiffrer en les situant dans le contexte du travail des acteurs qui les ont produits.

C’est à ces deux niveaux que je pratique mon analyse : en étudiant les images et le texte comme un tout, mais aussi comme autant d’éléments dignes d’une enquête particulière. Cette enquête est d’autant plus importante qu’elle permet souvent de tisser des liens entre le particulier et le général, et donc de relier mes deux niveaux d’analyse. J’aimerais partir ici d’un exemple précis pour montrer à quel point ces éléments individuels et disparates peuvent être déployés et révéler à l’historien•ne des savoirs géographiques toute une série d’éléments qui auraient pu lui échapper autrement. Ces éléments, ce sont les traces dont parlait Ginzburg[1]: il faut les isoler, les étudier, puis les relier à un contexte plus large pour en tirer toute la richesse.

De Kinski à Coronelli

Commençons par un peu d’ego-histoire. L’inculte en cinéma que je suis assiste à une projection de Cobra Verde, un film de Werner Herzog, qui raconte l’histoire d’un hors-la-loi brésilien devenu par la force des choses trafiquant d’esclaves. Le sujet est sensible, Kinski aux portes de la folie, et le cinéma d’Herzog particulièrement imperméable aux yeux non avertis qui sont les miens. Et pourtant, ce récit me fascine. Cet ancien fort esclavagiste ressuscité par un homme au bord de la folie, dans lequel des corps sont contraints, forcés, déshumanisés, attire ma curiosité. C’est celui d’Elmina, qui se dresse toujours sur les côtes ghanéennes, et dans lequel Herzog a tourné son film.

Klaus Kinski en Cobra Verde, à Saint-Georges de la Mine

Klaus Kinski en Cobra Verde, à Saint-Georges de la Mine (Herzog, Cobra Verde, 1987)

Quelques jours plus tard, retour à la thèse. Je parcours une fois encore le manuscrit sur lequel je fonde la plupart de mon travail, lisant des inscriptions que je connais déjà. Ces lignes ont été copiées par François Le Large à partir le globe terrestre de Coronelli, à partir de 1704. Parmi elles, quelques mots sur lesquels j’étais déjà brièvement passés revêtent un sens nouveau : “S. George de la Mine des Hollandois bâti par les Portugais. Mouré, ou Moré Principal lieu de trafic.” Saint Georges de la Mine, proche d’Elmina. Ce trafic dont il est brièvement question n’est donc pas celui des seules provisions apportées par les habitants de la côte, qu’évoque Coronelli sur une inscription voisine accompagnant une flottille de navires guinéens. Des corps vils, pour emprunter à Grégoire Chamayou[2], sont ici réduits au statut de marchandise, stockés entre les murs d’un fort réduit à l’état de toponyme sur le grand globe de Marly.

Je poursuis mes lectures, regarde cette vue du fort d’Elmina réalisée dans l’atelier de Johannes Vingboons en 1670 et insérée dans l’atlas Blaeu-Van der Hem : lil arbore un pavillon néerlandais. J’y discerne les formes déjà aperçues dans le film d’Herzog. Les murs blancs, les tours qui surveillent un pays comme menacé par la présence du château. C’est donc ce fort, entouré de baraquements sécurisés par des canons rutilants, autour duquel se pressent des formes indistinctes, commerçant et discutant, qui se cache derrière la brève inscription de Coronelli.

Saint-Georges de la Mine, Johannes Vingboond, 1670. In: Atlas Blaeu – Van der Hem, Bd. 36:18, fol. 59 – 60, (15).

Comment, dès lors, saisir cette inscription ? Deux directions s’offrent à moi. La première, c’est celle de l’interrogation particulière : étudier Saint-Georges de la Mine comme un espace en soi. La seconde, celle de l’articulation de ce lieu avec des réseaux de circulation, d’échange, de luttes. Ces deux directions se rejoignent en fait. En partant de l’étude d’un lieu précis, il est possible de voir émerger un réseau global d’interactions, de connections entre les parties du mondes, reliées par l’océan qui les séparait auparavant.

D’Elmina au monde

A la surface du globe terrestre, les informations sur ce fort sont extrêmement réduites. On y apprend seulement que le fort est un point de contrôle militaire contesté, fondé par les Portugais puis conquis par les Néerlandais, mais qu’il est aussi lié à un comptoir commercial. Pour en apprendre plus, il faut faire comme François Le Large : partir de cette maigre information et explorer la bibliothèque géographique de ce temps. Des atlas, tels que celui de Blaeu-Van der Hem, montrent des vues du château d’Elmina. D’autres textes canoniques sur l’Afrique en livrent une description. Tous ces ouvrages figurent parmi les sources que Coronelli indique utiliser.

Parmi les ouvrages que je mobilise, il en est un qui est particulièrement intéressant, notamment parce qu’il provient d’un auteur que François Le Large a consulté, et cite dans ses propres travaux. Il s’agit d’Alain Manesson-Mallet, ingénieur et géographe, qui publie en 1683 une Description de l’univers dont un tome est consacré à l’Afrique. On y apprend ici bien plus de détails sur l’histoire du fort : les dix caravelles partant du Portugal avec des matériaux de construction en 1481, les négociations pour les terres avec un prince local, et puis la pose de la première pierre. Cet historique est assorti d’une gravure qui montre le château depuis le large, surplombant le village voisin.

Le château de Saint-Georges de la Mine, in Alain Manesson-Mallet, Description de l’univers, contenant les différents systèmes du monde, Thierry, Paris, 1683, BnF, Cartes et Plans, GE-FF-3059, p.153.

Mais ce qui est le plus important ici, c’est de constater la place de ce fort esclavagiste dans un ouvrage géographique. Plus que des informations de première main sur Elmina et son fort[3], l’ouvrage de Manesson-Mallet met en évidence un fait simple : la culture géographique de cette fin de siècle se compose entre autres d’un intérêt porté aux lieux de pouvoir hors d’Europe. Surtout, ces informations sont accessibles, et reprises dans les publications savantes.

L’enjeu de l’histoire d’Elmina racontée par Manesson-Mallet est à la fois politique et commercial. Saint-Georges de la Mine est, en quelque sorte, l’emblème d’un modèle de colonisation fondé sur l’établissement de points de contrôle, armés, et participant à l’établissement d’une économie spécifique. Les navires en flammes échangeant des bordées au large d’Elmina sont, à cet égard, particulièrement emblématiques de l’intérêt stratégique du fort, disputé par les puissances coloniales européennes. Le fort se retrouve ici au même niveau que quantité d’autres comptoirs et forteresses mentionnés ou représentés sur le globe : comme des jalons locaux d’un pouvoir qui se veut global, étendant des réseaux commerciaux, militaires, sociaux et politiques sur les sept mers du globe. Les navires représentés sur le globe terrestre de Coronelli sont les représentations visuelles du lien concret entre ces différents jalons : les mers sont traversées et les continents reliés.

De l’image au corps

A partir d’une simple inscription, c’est donc un monde de savoirs géographiques qui émerge : de la vue d’Elmina chez Blaeu, arborant un pavillon néerlandais, au texte de Manesson-Mallet, c’est une histoire à la fois politique, sociale et économique du fort qui émerge. Déployer ce qui est compris en germe dans la simple ligne rédigée par Coronelli, c’est aussi explorer la complexité des savoirs géographiques tels qu’ils sont représentés et mis en scène par les géographes et cartographes de l’époque moderne. Les deux niveaux d’analyse se retrouvent bien imbriqués : d’un côté, des savoirs particuliers concernant Saint-Georges de la Mine et son histoire, et de l’autre des savoirs plus larges, reliant le fort à une histoire globale de l’esclavage et des empires de l’époque moderne.

L’inscription renvoie à des images qui circulent entre les mains des curieux de géographie ; elle renvoie à des textes repris et commentés d’une année sur l’autre. Hors de son contexte, elle paraît pauvre. Mais dès qu’elle est envisagée avec des livres, des cartes, des atlas à disposition des curieux de géographie, elle prend une autre valeur : celle d’indice. Ces inscriptions et ces images constituent ainsi une culture géographique spécifique : enquêter sur ces indices permet à la fois de les comprendre pour leur valeur intrinsèque, mais aussi de les replacer dans cette culture géographique et ainsi de mieux la connaître.

Ces images, ces inscriptions isolées, fonctionnent comme des sémiophores[4] : des objets qui permettent d’en apprendre beaucoup plus sur ce qu’ils représentent. Un simple fort est ici le déclencheur d’un développement sur les lieux de pouvoir politique, militaire et économique le long des côtes de l’Afrique. Ce toponyme contient bien plus qu’un simple fort : il évoque des corps dominés et contraints, combattants ou soumis, réduits à l’état de marchandises. Il rappelle que les savoirs géographiques ne se cantonnent pas à la seule connaissance de la mesure et des formes du monde. La géographie est ici sociale, politique, économique, historique, naturaliste. Elle est un outil, mais aussi un récit : celui d’un monde aux frontières mouvantes, de puissances qui font s’affronter et plier des corps, d’empires qui se construisent puis reculent. Elle est l’histoire de l’humain sur Terre.


[1] Carlo Ginzburg, Mythes, emblèmes, traces, Verdier, Paris, 2010 (1.ed. 1986, Turin).
[2] Grégoire Chamayou, Les corps vils. Expérimenter sur les êtres humains aux XVIIIè et XIXè siècles, La découverte, Paris, 2013.
[3] Par ailleurs, ces informations sont tirées d’un autre ouvrage important, l’Afrique de Marmol (1667 dans sa traduction française).
[4] Krzysztof Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux. Paris, Venise, XVIè – XVIIIè siècles, Gallimard, Paris, 1987.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.