L’atelier II – L’image et l’inscription

Ouvrir l’enquête

L’enquête historique s’incarne, entre autres opérations, par la saisie d’un indice ; son examen attentif, et sa mise en relation avec d’autres éléments, issus d’un contexte précis. Dans mon travail, les indices sont des images, des inscriptions, que je collecte à la surface du grand globe terrestre dit de Marly (Vincenzo Coronelli, 1683).

Pris ensemble, tous ces éléments forment comme une collection : images et inscriptions sont intéressantes à la fois pour ce qu’elles disent collectivement (un discours général sur la géographie), et pour ce qu’elles représentent individuellement (des éléments de savoir qui se rapportent à une discipline). Ces indices sont étudiés en les rapportant aux bibliothèques géographiques de la fin du règne de Louis XIV : des ouvrages génériques ou plus spécialisés, qui permettent de les déchiffrer en les situant dans le contexte du travail des acteurs qui les ont produits.

Continuer la lecture

La carte et la mémoire : apprendre par les images.

La carte et la mémoire : apprendre par les images.

 

La précision du trait

Après son installation au pavillon de Marly en 1704, le globe terrestre de Coronelli suscite quelques interrogations. En vingt ans, le tracé de certains continents et de certains grands fleuves ou forêts s’est précisé : le cours du Mississippi, par exemple, n’est plus à jour sur la sphère. Certaines voix s’élèvent pour corriger les tracés des continents et des fleuves sur le globe. Pour autant, l’imperfection du tracé ne décrédibilise pas le globe terrestre ; en sont témoins les deux manuscrits descriptifs et explicatifs rédigés par François Le Large, garde de la sphère. L’un d’entre eux décrit et explique toutes les images du globe, révélant un ensemble de savoirs géographiques patiemment représentés à l’intérieur des continents et des mers du globe de Marly. La seule justesse du tracé ne constitue donc pas tout l’intérêt d’une carte à l’époque moderne : les images sur les cartes restent une source importante à prendre en considération.

Les ouvrages canoniques de l’histoire des savoirs géographiques ont souvent tendance à privilégier le « progrès » des techniques cartographiques et de leurs résultats[1]. L’histoire de la cartographie ne serait ainsi que celle d’une marche sans discontinuer depuis les premières cartes tracées sur un rocher jusqu’aux applications de géolocalisation contemporaines. Le seul objet de l’historien-ne serait ainsi d’identifier les progrès de la pratique cartographique, en observant comment se réduit l’écart entre nos propres pratiques cartographiques et celles des sujets de leurs recherches. La préférence de l’historien-ne se porterait donc vers des cartes plus « savantes », c’est-à-dire faisant la part belle au tracé et comportant souvent peu ou pas d’illustrations.

Continuer la lecture

L’atelier I – Le globe comme archive

Le globe comme archive

Histoire matérielle et histoire des savoirs géographiques

 

Dans mon travail de thèse, c’est un objet qui occupe la place centrale : le globe terrestre de Marly, duquel tout découle et auquel tout retourne[1]. Il est à la fois la problématique et la clef de mon analyse, consistant à reconstruire une culture de la géographie dans les milieux lettrés et curiaux français à la fin du règne de Louis XIV, et à en interroger les aspects savant, politique, social.

Comment se constitue, se pratique, et s’emploie la géographie à cette époque et dans ce contexte ? Pour répondre à cette question, il faut nécessairement utiliser des objets, au moins autant que les grands ouvrages de géographie de ce temps. A plus forte raison lorsque le sujet même de ma thèse porte sur un objet. Mon objectif ici est de montrer que prendre en compte la matérialité même du globe terrestre est un moyen de faire de l’histoire. Étudier l’objet dans ses aspects concrets, sensibles, c’est accéder à une nouvelle compréhension de cette histoire à la fois sociale, intellectuelle et politique de la géographie.

Continuer la lecture

Penser la Terre comme une sphère

 

 

Penser la Terre comme une sphère

Les globes terrestres à l’époque moderne

 

Faire pivoter la Terre dans un quelconque logiciel cartographique, alterner vues rapprochées et vision totalisante depuis l’espace : c’est une manipulation avec laquelle je suis devenu familier, comme tant d’autres aujourd’hui. Tourner la sphère terrestre dans le virtuel de nos écrans permet une manipulation directe du globe, et une prise de conscience matérielle de sa sphéricité. Les jeux d’échelle, la variation entre des vues plus ou moins rapprochées de notre quotidien, stimulent et facilitent cette prise de conscience.

La Terre est donc un globe ; c’est pour nous tous une évidence (ou presque). Mais que veut dire cette évidence, qu’est-ce qu’un globe ? En ce qui concerne les représentations cartographiques du globe – ce qui m’occupe dans ce billet -, qu’est-ce que la conception d’une Terre sphérique et connectée implique en termes de méthodologie cartographique ? Et en termes de symbolique politique, sociale, savante ? Que révèle-t-elle sur notre rapport à l’espace, au monde, au temps, aux voyages ?

Continuer la lecture

Qu’est-ce qu’une carte ? Voir et construire le monde

Qu’est-ce qu’une carte ?

Partie I – Voir et construire le monde

 

Je me souviens de mes premiers contacts avec les cartes – toutes formes, tous aspects et toutes couleurs confondues. C’est d’abord un globe de Räth et Krauser, probablement des années 1970, sur lequel on peut voir cet étrange pays surgi du passé : l’URSS. Un peu plus loin, la « Tchécoslovaquie ». Deux entités déjà disparue lorsque mes yeux se promenaient à la surface de la sphère.

Ensuite, les cartes insérées dans les romans de Tolkien. C’était en 2002, j’avais dix ans, et la traduction de Daniel Lauzon ne m’arriverait entre les mains que quinze années plus tard. A chaque déplacement de la compagnie, je me reportais à la carte insérée au milieu du volume de mon édition Folio jeunesse. Je tentais d’imaginer leur parcours. La chaîne des Montagnes Brumeuses et le pic du Caradhras me paraissaient à la fois minuscules et insurmontables. Pourquoi donc ce si petit espace, sur la carte, retenait-il si longtemps les compagnons que je suivais depuis Hobbitebourg ? Qu’allait révéler ce nom inscrit sur une forêt, Lorien, dès que j’aurai fini la lecture du chapitre en cours ?

Continuer la lecture