La carte et la mémoire : apprendre par les images.

La carte et la mémoire : apprendre par les images.

 

La précision du trait

Après son installation au pavillon de Marly en 1704, le globe terrestre de Coronelli suscite quelques interrogations. En vingt ans, le tracé de certains continents et de certains grands fleuves ou forêts s’est précisé : le cours du Mississippi, par exemple, n’est plus à jour sur la sphère. Certaines voix s’élèvent pour corriger les tracés des continents et des fleuves sur le globe. Pour autant, l’imperfection du tracé ne décrédibilise pas le globe terrestre ; en sont témoins les deux manuscrits descriptifs et explicatifs rédigés par François Le Large, garde de la sphère. L’un d’entre eux décrit et explique toutes les images du globe, révélant un ensemble de savoirs géographiques patiemment représentés à l’intérieur des continents et des mers du globe de Marly. La seule justesse du tracé ne constitue donc pas tout l’intérêt d’une carte à l’époque moderne : les images sur les cartes restent une source importante à prendre en considération.

Les ouvrages canoniques de l’histoire des savoirs géographiques ont souvent tendance à privilégier le « progrès » des techniques cartographiques et de leurs résultats[1]. L’histoire de la cartographie ne serait ainsi que celle d’une marche sans discontinuer depuis les premières cartes tracées sur un rocher jusqu’aux applications de géolocalisation contemporaines. Le seul objet de l’historien-ne serait ainsi d’identifier les progrès de la pratique cartographique, en observant comment se réduit l’écart entre nos propres pratiques cartographiques et celles des sujets de leurs recherches. La préférence de l’historien-ne se porterait donc vers des cartes plus « savantes », c’est-à-dire faisant la part belle au tracé et comportant souvent peu ou pas d’illustrations.

Étudier les cartes de l’époque moderne de cette manière conduit bien souvent à deux impasses majeures :

• A envisager que l’intérêt savant seul préside à l’établissement d’une carte – c’est-à-dire mettre de côté l’individu qui produit la carte, le contexte dans laquelle elle est produite, les forces sociales et politiques qui influent sur son élaboration. En d’autres termes, la première impasse conduit à considérer que la carte est toujours et seulement une représentation du territoire qui se veut la plus exacte possible.

• A envisager que ce qui fait l’intérêt d’une carte ancienne, c’est principalement son tracé géographique, qui révèlerait un degré de connaissance de l’espace spécifique à la société dans laquelle la carte en question a été produite. La deuxième impasse conduit ainsi à considérer que tout ce qui n’est pas un tracé géographique ne relève que de la décoration sur une carte.

Les cartes sont un produit culturel ; issues d’un contexte intellectuel, politique, social particulier qu’il faut reconstruire pour comprendre la carte en question. C’est là le travail de l’historien-ne, tel que je le conçois et tel que je l’ai appris[2]. Étudier l’iconographie à la surface des cartes est central : cela permet d’avoir un accès privilégié aux conceptions de la géographie qui règnent lorsque les acteurs sur lesquels je travaille produisent du matériel cartographique. Une petite précision : je ne renie pas l’intérêt de l’étude des tracés et de leur précision, mais je souligne la prise en compte nécessaire de ces éléments longtemps négligés. Les deux études marchent main dans la main, car une carte est un objet qui peut avoir plusieurs usages et plusieurs finalités, et c’est cet assemblage qu’il faut éclairer.

Ce constat peut être résumé en une série d’interrogations simples : pourquoi, pour qui, dans quel contexte, dans quel but, cet objet cartographique a-t-il été réalisé ? Ces questions impliquent de prendre en compte l’ensemble de l’objet cartographique, et pas seulement les tracés qu’il représente.

 

Image et apprentissage

Lors d’une visite en librairie, il y a quelques années, j’ai pu feuilleter un atlas illustré pour enfants, Cartes (Aleksandra Misielinska et Daniel Misielinski, eds.). Je venais de commencer mon travail sur le corpus d’images couvrant le globe terrestre de Vincenzo Coronelli, et la parenté entre les deux m’a frappée. Je vous propose ici une comparaison entre le Brésil tel qu’il est représenté dans l’atlas, et comme il apparaît à la surface du globe terrestre de Coronelli :

Le Brésil sur le globe terrestre de Coronelli

Le Brésil sur le globe terrestre de Coronelli

Le Brésil dans l'atlas pour enfants "Cartes"

Brésil, in Misielinski et Misielinska, Cartes, Rues du Monde, 2012.

Bien évidemment, le ton des images demeure radicalement différent – difficile d’imaginer que la scène de cuisine anthropophage particulièrement détaillée du globe de Coronelli puisse se retrouver entre les pages d’un atlas pour enfants publié de nos jours. Toutefois, de nombreux thèmes communs émergent : les espèces animales et végétales endémiques, les centres de peuplement, ou encore les ressources du sol. Les deux cartes ne sont pas destinées à un même public, mais proposent des éléments d’iconographie dont le rôle est relativement similaire : enseigner.

La mise en cartes des savoirs géographiques possède en effet un avantage non négligeable, la visualisation directe des liens entre un savoir et son cadre spatial. Par exemple, le globe de Coronelli permet de situer les lions sur le continent africain, les tapirs et les buffles en Amérique, et l’insertion de ces images sur un globe qui représente l’ensemble de la planète permet de situer les milieux naturels de ces espèces par rapport à l’Europe. La carte n’est donc pas une simple illustration des savoirs contenus dans les ouvrages de géographie : elle en est une forme tout aussi importante, puisqu’elle aide à localiser plus aisément sur le globe l’origine de telle plante ou de tel animal. De même, le dessin géographique des continents permet une certaine prise de conscience des grandeurs du monde : sur le globe, la France paraît minuscule par rapport au reste de la planète !

L’image est ici un outil de visualisation et de mémorisation des savoirs géographiques. Elle renvoie à la pratique des arts de la mémoire, un ensemble de techniques pensées pour retenir plus aisément des savoirs de toutes natures[3]. Ces techniques sont fondées sur la visualisation, à l’aide d’un support (une carte, une image) ou via l’imagination (la représentation mentale d’un palais dont chaque pièce contiendrait un argument du discours, par exemple), d’une série d’éléments qui composent un savoir ou un ensemble de savoirs. Cette fonction des images est centrale dans l’apprentissage de la géographie à l’époque moderne. De nombreux manuels de l’époque indiquent l’importance de l’image, et divers supports d’apprentissage fondés sur l’image sont réalisés, comme des jeux de carte géographiques illustrés.

Dans cette pratique de l’apprentissage, les images sont tout aussi importantes que la précision du tracé géographique. La géographie se mêle d’histoire, de zoologie et d’ethnographie à la surface des cartes de l’époque moderne, et son intérêt excède très largement la seule réflexion sur la précision d’un tracé ou la justesse d’un système de coordonnées. Intégrer l’étude de tout ce qu’une certaine histoire de la cartographie a longtemps qualifié de simples décorations est donc nécessaire : cela permet, à mon sens, d’esquiver les deux impasses évoquées en tête de billet.

 

Anatomie d’une image

Les images présentes à la surface du globe terrestre de Marly puis sur les autres globes que Coronelli en tire sont riches et diverses. Elles sont composées suivant une série de principes qui ont pour objectif à la fois le divertissement et l’enseignement – une forme de la curiosité savante, courante à l’époque moderne, qui doit enseigner par le remarquable. Cette curiosité permet de prendre conscience de la diversité du monde en s’exposant à une série d’images (pour le globe) ou d’objets (dans les cabinets de curiosité, qui exposent des objets venus souvent du monde entier) et en en faisant une expérience sensible, qui doit permettre de se constituer une connaissance générale des « quatre parties du monde[4] ». Parmi ces principes, j’en ai isolé deux qui me semblent particulièrement importants.

     1 – Ces images font écho à une culture géographique pré-existante ou en constitution.
Les images présentes à la surface du globe terrestre de Marly ne sont pas créées de toutes pièces, hors-sol. Elles sont au contraire le produit d’une culture géographique qui pré-existe, et qui s’incarne dans une série de biens de consommation, d’ouvrages, de cartes et même d’expériences sensorielles. Les images permettent ici à la fois de créer, d’entretenir et d’illustrer cette culture géographique.

Ces images circulent très largement, et sont bien souvent reproduites à l’identique. A l’époque moderne, le coût de la gravure est tel que bien souvent, les bois qui servent à reproduire les illustrations des ouvrages de géographie sont achetés et revendus. La popularisation de l’imprimé et l’augmentation du nombre de cartes seules en circulation favorise ce processus. Certains thèmes, certaines illustrations, sont donc récurrents à la surface des cartes et dans les ouvrages de géographie. Si les images sont d’origines différentes, elles suivent toutefois souvent la même construction – les anthropophages par exemple sont souvent représentés en train de cuisiner leur captifs. Ces illustrations deviennent ainsi des lieux communs nécessaires. Déjà connus, ils permettent au lecteur ou à la lectrice d’aborder et de comprendre plus facilement l’œuvre qu’il ou elle contemple en mobilisant ses références déjà acquises. Il faut en quelque sorte rassurer pour ensuite surprendre et enseigner.

Le cabinet d'Ole Worm, comparé à des éléments du globe terrestre de Coronelli

En outre, les images présentes sur le globe de Coronelli font écho à une réalité matérielle que vivent parfois les individus fréquentant les milieux curiaux ou savants – ce qui permet a priori de mieux comprendre et apprendre des images en question. En effet, de nombreux animaux ou objets représentés sur le globe (les crocodiles, les tortues, le corail, les coquillages, parmi d’autres) se retrouvent dans les collections savantes des cabinets européens du XVIIè siècle[5]. Certains de ces animaux peuvent être observés en chair et (parfois uniquement) en os par les contemporains de Coronelli, sans qu’ils aient à traverser les océans : la Ménagerie du Roi accueille par exemple plusieurs des animaux présentés sur le globe terrestre, et il est toujours possible de supposer que tel ou tel spectateur ou spectatrice ait eu un contact réel avec un animal avant de l’admirer sur le globe ! Du côté des plantes, plusieurs tentatives d’acclimatation ont lieu au cours de la période qui m’intéresse, dans les jardins botaniques qui se font de plus en plus présents en Europe.

Ainsi, ignorer les images qui peuplent de nombreuses cartes modernes, ou les renvoyer à un statut de simple décoration, conduit à les couper de ce contexte spécifique de la constitution d’une réelle culture géographique parmi certains milieux sociaux – souvent curiaux ou savants. Les images révèlent autant que le tracé et sa précision sur la place de la géographie dans la société d’Ancien Régime.

     2 – Ces images permettent d’enseigner et de transmettre.
Plutôt que d’évoquer vaguement les « images » du globe terrestre de Marly, il pourrait être plus pertinent, ici, d’évoquer des « groupes d’image », ou bien des « scènes ». En effet, les images à la surface du globe sont construites et pensées aussi pour apprendre à qui les observe. Il faut ainsi représenter des processus, des évènements, des interactions, des images suffisamment détaillées pour être autosuffisantes – même si le recours au texte, pour approfondir ses recherches sur la signification de l’image, est recommandé, voire nécessaire.

Les images qui sont représentées à la surface du globe terrestre constituent ainsi une véritable encyclopédie illustrée, qui aborde des thèmes aussi vastes que la zoologie, la botanique, l’ethnographie, l’histoire des techniques ou la diplomatie. Ainsi, elles obéissent à plusieurs règles de composition :

« Des sauvages du Canada », globe de Coronelli, titre de Le Large.

• En ce qui concerne les peuples, les illustrations sont souvent composées d’un couple, vêtus et outillés de manière caractéristique – une pratique qui fait écho aux livres de costumes, représentant les peuples de la Terre en gravures, et circulant depuis le XVIè siècle. Dans certains cas, les peuples sont associés à des activités supposées caractéristiques (la chasse à l’arc, le combat à cheval, le boucanage du poisson, etc).

 

 

Des singes cherchant leur nourriture, globe de Coronelli.

• Pour les animaux, ceux-ci sont souvent représentés dans un milieu naturel reconstitué autour d’eux, et mis en interaction avec leurs semblables, avec d’autres espèces ou avec l’humain. Par exemple, des singes africains sont représentés en train de chasser leur nourriture (des insectes) ou de se défendre contre leurs prédateurs, des lions.

 

 

 

La fabrique du sucre, sur le globe de Coronelli.

• D’autres images font la part belle aux techniques : la navigation, l’élevage, ou encore la production de sucre à partir de canne. Parfois, elles représentent dans l’ordre toutes les étapes nécessaires à l’accomplissement de la tâche en question, en proposant de nombreux détails sur les machines et les individus qui les font fonctionner ; ces illustrations peuvent faire penser aux planches de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert dans l’attention qu’elles portent à chaque étape de la réalisation.

 

L’ensemble de ces représentations fait écho aux gravures contenues dans les ouvrages de géographie de l’époque moderne. Bien évidemment, la place laissée par une sphère de quatre mètres de diamètre aide beaucoup à l’insertion d’images aussi détaillées. Mais leur adaptation pour des sphères plus petites est aussi parfaitement réalisable, comme le montre l’exemple des globes de 110 cm de diamètre publiés à partir de 1687 par Coronelli, qui inondent l’Europe de cette fin de XVIIè siècle. Ainsi, la capacité des images à enseigner, à transmettre, n’est-elle pas réservée au roi et à ses courtisans ; la géographie devient l’important vecteur d’une connaissance variée et curieuse du monde et de ses aspects.

 

 


[1] Voir notamment les ouvrages fondateurs de Leo Bagrow, History of Cartography, C.A. Watts & Co., London, édition révisée par R. A. Skelton, 1964, et Numa Broc, La géographie de la Renaissance, CTHS, Paris, 1986.
[2] Ce travail adapté à l’histoire de la cartographie est théorisé par J. B. Harley et David Woodward dans la préface à leur History of Cartography, University of Chicago Press, Chicago, 1987.
[3] Voir Frances Yates, The Art of Memory, Routledge, Londres, 1966.
[4] C’est une expression récurrente dans les ouvrages de géographie de l’époque moderne, qui se fonde sur une quadripartition Europe / Asie / Afrique / Amérique.
[5] Pour le cas français, voir Antoine Schnapper, Le géant, la licorne et la tulipe, Flammarion, Paris, 2012 (1988).

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.