Qu’est-ce qu’une carte ? Voir et construire le monde

Qu’est-ce qu’une carte ?

Partie I – Voir et construire le monde

 

Je me souviens de mes premiers contacts avec les cartes – toutes formes, tous aspects et toutes couleurs confondues. C’est d’abord un globe de Räth et Krauser, probablement des années 1970, sur lequel on peut voir cet étrange pays surgi du passé : l’URSS. Un peu plus loin, la « Tchécoslovaquie ». Deux entités déjà disparue lorsque mes yeux se promenaient à la surface de la sphère.

Ensuite, les cartes insérées dans les romans de Tolkien. C’était en 2002, j’avais dix ans, et la traduction de Daniel Lauzon ne m’arriverait entre les mains que quinze années plus tard. A chaque déplacement de la compagnie, je me reportais à la carte insérée au milieu du volume de mon édition Folio jeunesse. Je tentais d’imaginer leur parcours. La chaîne des Montagnes Brumeuses et le pic du Caradhras me paraissaient à la fois minuscules et insurmontables. Pourquoi donc ce si petit espace, sur la carte, retenait-il si longtemps les compagnons que je suivais depuis Hobbitebourg ? Qu’allait révéler ce nom inscrit sur une forêt, Lorien, dès que j’aurai fini la lecture du chapitre en cours ?

Vous l’aurez probablement compris, ce qui me fascinait alors, c’était le champ des possibles ouvert par la carte. Interpréter un signe, regarder une image, lier des points, tout cela pour projeter à la surface de la carte un récit, un mouvement, un monde autre. Ces cartes étaient le support des rêves, des aventures, de l’imaginaire géographique.

Mon travail de recherche débutant, j’ai commencé à formaliser ce rapport aux cartes, en commençant à les interpréter grâce aux concepts développés par des théoriciens de la cartographie ayant travaillé au cours des années 90. J’ai commencé à envisager de m’aventurer dans la fabrique des cartes, pour en comprendre leurs spécificités. Dans ma quête des ailleurs, des mondes imaginaires, j’ai voulu aller à leurs origines, comprendre comment et pourquoi les romans de Tolkien sont édités avec des cartes. Une question, donc : qu’est-ce qu’une carte ? Que cache l’apparente évidence de la carte ?

Dans cette première partie d’article, voici ce que je propose : les cartes sont le produit de la vision du monde de leurs auteur•ice•s ; et ces visions du monde sont orientées, ont un objectif, parfois caché et parfois sensible.

 

La carte, c’est d’abord une vision du monde

Sur le globe de Räth et Krauser, l’espace est limité. Entre les pages d’une édition de poche du Seigneur des anneaux, il l’est encore plus. Ces limitations matérielles impactent directement la production d’une carte : il faut sélectionner les informations à présenter, pour que la carte demeure lisible. La première étape de la fabrique d’une carte est donc le tri, la sélection, parmi un ensemble d’éléments : frontières, noms de régions, de pays, de lacs, courbes de niveaux, figurés, tracés d’une expédition particulière, représentation d’un dragon veillant au dessus de la Montagne Solitaire, dessin du plus haut pic de la chaîne des Montagnes Brumeuses au détriment des autres.

 

Le contexte influence la vision du monde

C’est le premier élément que je prends en compte lorsque je travaille à partir d’une carte. Elles ne sont en aucun cas un décalque parfait de la réalité, un instantané d’un espace donné à un moment donné. Au contraire, les cartes ne sont, en fin de compte, que de l’encre, du papier, du bois parfois. De manière très concrète, la plupart des cartes est composée d’un cadre dans lequel sont tracés des contours ou bien d’un globe sur lequel sont dessinés des continents, mais aussi les lignes qui permettent l’établissement de ces cartes (les parallèles, méridiens, l’équateur). Les cartes ne sont donc pas le monde, mais une image, une réduction déformante du monde, ou d’un morceau d’espace, projeté sur une grille, plus ou moins fixe.

Chaque carte est le produit : d’un•e auteur•ice, d’un contexte intellectuel, politique et social et d’un lieu de production clairement identifié. Bien entendu, cela tombe sous le sens. Une carte est nécessairement dessinée par quelqu’un (ou quelque chose …), dans un endroit donné, à un moment donné, à partir de certains outils et théories. Mais ce qui est moins évident, c’est la prise en compte de ces effets sur la production finale. Dans mon travail, je considère qu’il est central de regarder d’où provient la carte : est-ce une institution qui la produit, une personne isolée ?

Dans chacun de ces cas, l’histoire, le vécu, l’expérience et les objectifs des producteur•ices de cartes influe sur sa forme et son contenu. La production d’une carte, d’un globe ou d’un atlas est ainsi inscrite dans un contexte spécifique. Sur les cartes à partir desquelles je travaille, qui sont produites par des géographes « de métier », travaillant dans un atelier ou bien à l’Académie Royale des Sciences, entre 1680 et 1715, le questionnaire est le suivant :

– une pratique savante : à quelle école, mouvance, etc, appartient le•a cartographe ? Quels sont ses orientations théoriques ? Quelles sont les sources déjà maîtrisées par le•a cartographe, celles accessibles ou non ?

– des stratégies sociales : à qui est destinée la carte ? Est-elle pensée comme un objet d’étude, un objet curieux, un mélange entre arts et savoirs ? Dans quel contexte social et politique est-elle produite ?

– des contraintes matérielles : à quelles sources peut accéder le•a cartographe pour réaliser sa carte ? Quel outillage matériel, comme savant, est mis à sa disposition ? Quelles sont les spécifications matérielles à suivre pour réaliser cette carte (la taille, les matériaux, la couleur, …) ?

Le questionnaire peut aussi s’appliquer à d’autres formes de la cartographie, mais il faut dès lors prêter attention à d’autres formes, pas nécessairement savantes, de la pratique cartographique : dessiner quelques lignes sur un papier pour aider quelqu’un à s’orienter, c’est aussi faire une carte. Représenter un vague espace à destination des participant•e•s à un jeu de rôle est aussi faire une carte. Dans ces cas, quelles informations sont importantes à retenir ? Que mettre en avant ? Là aussi, c’est une vision du monde qu’on représente.

 

A partir de mon travail

L’ensemble des facteurs que je viens de lister font de la carte un objet complexe, construit. La carte n’est pas le transfert direct du monde sur une feuille ou sur un globe, mais bien au contraire une vision soigneusement construite de ce même monde : le•a cartographe ne peut pas tout voir ni tout connaître, il n’y a pas d’omniscience possible – même depuis l’espace ! Si la carte donne l’illusion de pouvoir regarder la Terre entière d’un seul coup d’oeil[1], elle reste pourtant un produit humain, soumis aux limitations concrètes auxquelles nous faisons tous et toutes face.

Je vais développer ces points à partir de ma thèse et de son objet : un grand globe de quatre mètres de diamètre, qui ne comprend pas uniquement le tracé géographique des continents, mais aussi plusieurs illustrations peintes à la main par les artistes de l’Académie de peinture et sculpture (animaux, peuples, navires, paysages, …) et de nombreuses inscriptions (sur des expéditions, une guerre, un lieu commercial, …)[2]. Ce globe est réalisé entre 1681 et 1683 par Vincenzo Coronelli, un cartographe vénitien, venu à Paris à la demande du cardinal César d’Estrées, qui souhaite l’offrir en cadeau au roi.

Lorsque Vincenzo Coronelli construit ce globe, il est influencé :

– par le commanditaire du globe, le cardinal d’Estrées, qui souhaite l’offrir en cadeau à Louis XIV et a donc des attentes particulières : il désire ainsi célébrer son souverain et ses grandes actions, pour assurer sa place à la cour.

– par Louis XIV : il faut choisir soigneusement ce qui peut ou ne peut pas être représenté, pour éviter de froisser le roi tout en réalisant un objet satisfaisant sur le plan savant.

– par les savoirs géographiques et bibliophiles que Coronelli a déjà rassemblés au début de sa carrière de géographe et cartographe, et qui lui servent à la construction de son globe terrestre.

– par les milieux dans lesquels il travaille, et par les réseaux de savants dans lesquels il est inséré : certains ouvrages, certains experts, ne sont pas présents partout.

Ce globe propose donc une certaine vision du monde à la fin du XVIIè siècle. C’est une vision produite par un cartographe italien à Paris, principalement à partir de sources (des livres, des récits de voyage, des objets ramenés des colonies) italiennes, françaises, portugaises, néerlandaises et anglaises, et destiné à un usage d’abord politique et diplomatique avant d’être proprement savant.

Étudier cette vision du monde et la comprendre est particulièrement important : elle nous permet de nous souvenir que la carte n’est ni neutre, ni objective, mais qu’elle est au contraire porteuse d’un projet dont il faut prendre conscience pour pouvoir la comprendre. Il ne faut jamais aborder une carte comme une évidence, comme l’image directe, instantanée et sans médiation du monde dans lequel nous vivons.

 

Chaque carte est un monde : les agendas de la carte

On pourrait envisager les cartes comme autant de mondes parallèles : une centaine de globes, d’atlas, qui tous représentent différemment notre Terre – ou bien une autre. Le globe de Räth et Krauser, par exemple, représente sous mes yeux un monde que je n’ai pas connu, mais pourtant il existe. Les cartes de la Terre du Milieu représentent un espace fantastique, auquel je n’aurai jamais physiquement accès ; pourtant, une histoire s’y déroule, qui me fascine toujours autant.

 

Secrets, objectifs et mondes parallèles

Une carte incarne donc une vision du monde spécifique. Elle représente un monde possible parmi tant d’autres. Elle est produite par des individus identifiés, qui ont un agenda – conscient ou non – à remplir. Pour atteindre leurs objectifs, ils ou elles doivent donc sélectionner et trier, de telle sorte que leur carte dise quelque chose de la manière dont ils et elles conçoivent la géographie et l’espace. Les cartes sont donc le support d’un discours : un engagement, une prise de position sur ce que doit représenter une carte, sur ce qu’elle doit montrer. Les cartes agissent à la manière d’un pamphlet dans un débat : elles défendent ou promeuvent une certaine vision du monde au détriment d’une autre.

La plupart des éléments inclus à la surface d’une carte sont à envisager comme autant de phrases qui construisent ce discours sur le monde. Chaque illustration et chaque tracé peut être le fruit d’une réflexion politique ou intellectuelle particulière : représenter ou ne pas représenter une frontière, la marquer en traits durs ou en pointillés, montrer ou au contraire cacher certains lieux. C’est ainsi que je dois aborder le globe de Coronelli à partir duquel je travaille : les illustrations à la surface du globe, le tracé géographique, les lignes (méridiens et parallèles) créent une image du monde qu’il faut déchiffrer.

Ces éléments peuvent révéler ce que le théoricien de la cartographie J. Brian Harley appelle les silences et secrets[3], c’est-à-dire le programme (politique, intellectuel) qui se cache derrière une carte. Je dois nécessairement m’interroger sur les choix d’éléments présents sur une carte, sur la manière dont ceux-ci sont représentés et interagissent entre eux. Que veut dire l’omission d’une ville ou d’un site archéologique ? Que nous révèlent les choix dans la composition des images (de peuples, d’animaux) qui sont représentées à la surface des cartes ?

A partir de mon travail

Revenons à Vincenzo Coronelli. Son objectif, très clair, est de bâtir une représentation du monde à destination du Roi-Soleil, à la fois pour célébrer son règne, et pour résumer l’ensemble des savoirs géographiques disponibles lorsqu’il travaille. Son agenda n’est pas, nécessairement, extrêmement secret ; mais il comporte une série d’objectifs plus ou moins transparents.

1 – Son globe doit montrer un monde qui soit plaisant pour le Roi : il doit donc le célébrer de manière extrêmement visible. Pour ce faire, il insère notamment des récits de batailles navales, de conquêtes françaises, en soulignant l’importance des explorateurs et savants français dans l’entreprise de conquête du globe – quitte à oublier de mentionner une défaite.

En outre, il ajoute près du Pôle Sud une grande représentation des allégories des arts et sciences, surmontée d’un buste du Roi, manière très claire de relier directement la réalisation du globe (via les arts et sciences mathématiques, géographiques et astronomiques notamment) au patronage du roi, qui défend la jeune Académie des Sciences, fondée officiellement en 1666 (via le buste surplombant).

2 – L’agenda colonialiste de l’Europe moderne est ici mis en images et développé à la surface du globe. Son globe doit donc faire référence à l’impérialisme européen et au développement de colonies ultramarines. Ainsi, beaucoup d’images qu’il insère lui permettent d’assurer la suprématie de l’Européen, navigateur conquérant, civilisé et en avance techniquement. Il présente de la sorte la cartographie comme un progrès constant, sans failles, et comme une science qui accompagne les soldats et les gouverneurs pour établir une hégémonie européenne à la surface du globe.

Ces petites images sont complétées par une seconde allégorie, qui jouxte la première, et représente les quatre parties du monde connu : Europe, Afrique, Asie, Amérique. L’Europe est représentée debout, dominante, entourée par une Afrique et une Amérique barbares mais admiratives. A ses pieds, l’Asie est étendue, civilisée, certes, mais étrange, païenne, à soumettre donc.

3 – Enfin, son globe doit aussi lui permettre de se vendre sur le marché de la production cartographique. Ainsi, il ne manque pas de souligner que les grands choix en matière de géographie sont les siens : d’après lui, il a choisi quelle grille de coordonnée appliquer, il a sélectionné lui-même les sources qu’il juge dignes de foi pour raconter une expédition, et a mis à jour les données périmées. Ce monde, c’est le sien, il en est le constructeur, l’architecte.

Populariser une certaine vision du monde, en le (re)construisant sur une carte, sur un globe, c’est encourager d’autres personnes, sinon à l’adopter, au moins à s’interroger à son propos. Les discours cartographiques peuvent ainsi être considérés comme construisant un monde. Ils sont reçus, interprétés et critiqués. C’est en ce sens que je considère qu’une carte est un discours qui construit le monde.


[1] C’est l’idée de « vision synoptique » développée par Christian Jacob, in L’empire des cartes, Albin Michel, Paris, 1992.

[2] Pour plus d’informations sur ce globe, voir l’exposition virtuelle de la BnF : http://expositions.bnf.fr/globes/

[3] J. B. Harley, « Silences and Secrecy: The Hidden Agenda of Cartography in Early Modern Europe» in Harley, The New Nature of Maps: Essays in the History of Cartography, Paul Laxton, Baltimore, 2001.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.