Penser la Terre comme une sphère

 

 

Penser la Terre comme une sphère

Les globes terrestres à l’époque moderne

 

Faire pivoter la Terre dans un quelconque logiciel cartographique, alterner vues rapprochées et vision totalisante depuis l’espace : c’est une manipulation avec laquelle je suis devenu familier, comme tant d’autres aujourd’hui. Tourner la sphère terrestre dans le virtuel de nos écrans permet une manipulation directe du globe, et une prise de conscience matérielle de sa sphéricité. Les jeux d’échelle, la variation entre des vues plus ou moins rapprochées de notre quotidien, stimulent et facilitent cette prise de conscience.

La Terre est donc un globe ; c’est pour nous tous une évidence (ou presque). Mais que veut dire cette évidence, qu’est-ce qu’un globe ? En ce qui concerne les représentations cartographiques du globe – ce qui m’occupe dans ce billet -, qu’est-ce que la conception d’une Terre sphérique et connectée implique en termes de méthodologie cartographique ? Et en termes de symbolique politique, sociale, savante ? Que révèle-t-elle sur notre rapport à l’espace, au monde, au temps, aux voyages ?

Je vais ici traiter de ces questions à partir de mon sujet de thèse[1], et donc réfléchir à la conception de la Terre comme globe au cours d’un long XVIIè siècle, que j’étends jusqu’à la mort de Louis XIV.

Cette époque est particulièrement importante pour penser le globe. Elle hérite d’un XVIè siècle dans lequel émerge une pensée de la Terre unifiée[2], c’est-à-dire d’un globe terrestre achevé et connecté. Elle consiste aussi en ce qu’Antonella Romano qualifie de période d’ « englobement du monde »[3] par les géographes et cartographes européens : au cours de cette période, les voyages missionnaires s’intensifient, les savoirs géographiques circulent et sont employés pour produire des encyclopédies, des cartes et des globes.

 

Les définitions du globe à l’époque moderne

La langue évolue, la mise à jour constante des dictionnaires en est la manifestation principale : c’est donc en se rapportant aux termes utilisés par les cartographes sur lesquels je travaille que je dois commencer mon enquête. Les mots utilisés pour définir ces objets sont en effet la première étape de l’établissement d’une pensée du globe ; c’est aussi là le travail de l’historien•ne, de tenter de comprendre les concepts de l’époque sur laquelle il ou elle travaille, pour éviter de possibles contresens.

Dans plusieurs des dictionnaires d’époque, tels que le Dictionnaire François de Pierre Richelet (1680), le Dictionnaire universel d’Antoine Furetière (1690) ou encore le Dictionnaire de l’Académie Françoise de Jean-Baptiste Coignard (1694), je relève des définitions des globes. En les comparant, émergent plusieurs remarques :

– Les globes sont d’abord décrits et définis suivant leur aspect matériel. Ce sont des objets mathématiques, des instruments, qui permettent d’enseigner et de comprendre la sphéricité de la Terre.

– Ils sont aussi des objets qui représentent une abstraction mathématique transformée en instrument. Les globes sont la matérialisation des théories de la sphère, faite de méridiens et de parallèles, formant une grille de coordonnées.

– Les globes sont enfin considérés comme objets de prestige social, démonstration d’un intérêt pour les théories géographiques les plus récentes.

 

Ces définitions sont le miroir d’une réalité sociale du XVIIè siècle : les globes sont encore des objets relativement onéreux à produire. Matériellement, les globes terrestres fabriqués à l’époque moderne prennent deux formes principales : des globes manuscrits, c’est-à-dire au tracé géographique peint à la main sur une sphère, et des globes imprimés puis collés, pensés pour être reproduits en plus grand nombre, plus aisément. De la même façon que pour une grande partie de la production cartographique de l’époque moderne, les globes ne se limitent pas à représenter les contours des pays et continents. Ils comportent souvent des textes explicatifs et des images documentant les espaces représentés, ce qui implique un long travail de recherche en amont de la part du cartographe. Ils sont ainsi accessibles principalement à des collectionneurs aisés, à des savants, et des institutions telles que des bibliothèques. Ils représentent matériellement un certain prestige : celui de l’accès aux savoirs géographiques les plus avancés.

En outre, ces définitions correspondent très largement à ce qui est inscrit dans les manuels de géographie d’époque, qui, souvent, défendent l’usage des globes pour penser le monde. Guillaume Delisle, géographe de l’Académie royale des Sciences sous Louis XIV puis percepteur géographique de Louis XV, défend par exemple dans son Introduction à la géographie, avec un traité de la sphère (1746, posthume) l’importance de l’usage de globes dans l’apprentissage de la géographie : ils permettent de se représenter la matérialité de la sphère, et ils représentent la planète comme elle existe en tant que corps sphérique, non comme une projection à plat. Ces définitions correspondent ainsi à une compréhension savante de ce qu’est le globe, et sont dès lors utilisables pour penser le globe à l’époque moderne.

 

Les symboliques du globe

Penser le globe nécessite aussi d’en envisager la symbolique. Je l’ai souligné : posséder un globe demeure une certaine forme de privilège. Dans le discours que tiennent les géographes sur leur pratique de la fabrication de globes, la place de la nouveauté et des calculs de pointe est centrale. La recherche de sources de première main, de nouveaux témoignages et de récits de voyages qui doivent sembler neufs est particulièrement importante dans ce travail – un intéressant parallèle avec nos propres pratiques historiennes de recherche de la nouvelle source ou de la nouvelle approche.

Dominer, mesurer et connaître le globe terrestre, c’est symboliquement dominer, mesurer et connaître le monde. Posséder un globe des plus récents devient une manifestation de pouvoir ; le pouvoir de voir l’ensemble du monde, d’observer les nouvelles routes maritimes connecter différents espaces éloignés. C’est ainsi que la géographie et la cartographie entretiennent des liens particuliers avec l’exercice du pouvoir :

– Parce que les cartes sont utilisées dans les processus de conquête, tels les portulans, ces cartes marines utilisées au cours de l’époque moderne, notamment par les marins portugais et espagnols. Leur réalisation était même encadrée par des institutions placées sous patronage royal.

– Parce que les cartes sont aussi utilisées dans des processus de construction d’empires, en entérinant officiellement une prise de possession ou une découverte. Certaines cartes étaient parfois même transmises au Vatican pour renforcer cette prise de contrôle.

– Parce que les cartes permettent aussi de développer une propagande spécifique liée à la conquête et aux avancées savantes.

 

C’est dans cet esprit que les globes sont symbolisés, dans les représentations de l’époque moderne. Les représentations allégoriques des quatre parties du monde – Afrique, Asie, Amérique et Europe – sont particulièrement courantes à cette époque, et représentent parfaitement cette symbolique du pouvoir. Par exemple, le frontispice du Teatrum Orbis Terrarum d’Abraham Ortelius (1570) comporte une allégorie dans laquelle l’Europe, représentée par une femme couronnée, trône au dessus de l’illustration, entourée de deux globes (un terrestre, et un céleste), dominant les trois autres parties du monde.

Le globe terrestre de Marly (1681 – 1683), réalisé pour Louis XIV par Coronelli, porte lui-même deux ensembles de figures allégoriques qui représentent les symboliques du globe :

– D’abord, une représentation des quatre parties du monde, peinte sur l’hémisphère sud. Ici aussi, l’Europe couronnée et portant un modèle réduit de basilique dans les mains, domine les trois autres parties du monde, visuellement soumises à la majesté de la première.

– Ensuite, les arts et sciences, là aussi représentés par des femmes, qui travaillent sous un buste de Louis XIV. Parmi elles, Géographie, Astronomie et Histoire œuvrent à mesurer et décrire le monde en produisant cartes, globes et récits, tandis que la Navigation construit des navires capables de traverser les océans.

 

La propagande visuelle sur le règne de Louis XIV est ici très claire : c’est le roi qui permet et coordonne l’établissement de cartes géographiques grâce à l’Académie royale des Sciences qu’il développe et défend à la demande de Colbert, et c’est donc lui qui étend son pouvoir à la surface du globe terrestre au fur et à mesure qu’il l’explore.

Ce rôle politique du globe est d’autant plus important à prendre en compte lorsqu’on considère que ces globes terrestres, produits en Europe, étaient exportés, jusqu’en Chine, au cours du XVIIè siècle. Ce ne sont pas uniquement des instruments qui sont exportés, mais une vision du monde centrée sur un regard européen : fixer le Nord en haut d’une carte est par exemple un moyen de contraindre le regard suivant un cadre proposé par les cartographes européens. La conquête passe aussi par la popularisation d’idées, d’un mode de vie, de pratiques savantes et sociales jusqu’aux territoires extra-européens[4].

Penser le globe, c’est donc prendre en compte une situation politique et sociale coloniale particulière. La fabrique de globes implique la prise de conscience de la sphéricité de la terre, souligne que ses confins sont désormais atteignables, pour peu que les navires soient suffisamment résistants et les pilotes prévoyants. Cela signifie, dans l’imaginaire géographique européen de l’époque qui m’intéresse, que la Terre dans sa totalité est devenue un réservoir d’opportunités, territoriales comme commerciales[5]. Dans l’esprit des cartographes, ce réservoir est bien entendu destiné à l’Europe. Penser le globe, c’est donc penser la hiérarchie des espaces ; dans ce cas, depuis l’Europe, une hiérarchie en quatre parties.

 

Le globe, l’histoire et la géographie.

Penser le globe implique enfin de se poser la question des rapports entre histoire et géographie, entre le temps et l’espace. L’idée même du globe est profondément temporelle, au moins dans l’imaginaire européen : il faut naviguer, ajouter des terres nouvelles sur la carte, et faire le tour du monde pour que le globe sont achevé. Il faut se rappeler que ces globes auxquels je fais référence ici sont produits en Europe – plus précisément, en France et en Italie. C’est donc à des conceptions européennes de l’histoire et de la géographie que cette pensée du globe fait référence.

Le tracé des continents par les cartographes européens n’est pas fixé dans les années 1680. Au temps de Coronelli, penser la Terre comme un globe, c’est donc encore réfléchir en termes d’exploration, de voyages, et ainsi penser la temporalité de la géographie. A la surface du globe terrestre de Marly, en 1683, il est encore possible de voir des lignes de côtes qui s’effacent discrètement dans la mer : le bleu de l’océan et le blanc des terres se rencontrent et s’entremêlent pour faire disparaître les imprécisions du tracé dans un flou artistique.

Mais les liens entre histoire et géographie, entre la pensée du globe et l’interrogation historique, sont aussi inscrits de manière très concrète à la surface des cartes et globes de l’époque moderne. Des images, des inscriptions, du texte, ajoutés à ces cartes de l’époque moderne, en font des objets qui présentent tout autant l’histoire que la géographie du lieu qu’elles représentent.

Par exemple, à la surface du globe terrestre de Marly ou d’autres cartes réalisées par Coronelli, en plus du tracé géographique, on trouve de nombreuses inscriptions qui font référence à des évènements passés :

– Des lignes pointillées permettent par exemple de suivre une expédition marine et ses différentes étapes auxquelles sont mentionnées la qualité des vents, une voie d’eau, un accostage particulier ou la perte d’un navire. Dans la même logique, certaines inscriptions s’enchaînent à la surface du globe, et permettent de suivre les avancées d’une expédition, année après année. Je peux citer ici les navigations portugaises le long des côtes d’Afrique de l’Ouest de 1442 à 1447 ; ou les inscriptions relatives à l’expédition de Cavelier de la Salle jusqu’à l’embouchure du Mississippi, de 1679 à 1681.

– Souvent, des localités spécifiques, telles que des îles ou des forts, sont nommées et accompagnées d’un bref historique, présentant la découverte, la construction ou la conquête. Le fort d’El Mina, haut lieu de l’esclavagisme et de la traite négrière, est par exemple mentionné à la surface du globe : Coronelli en rappelle la courte histoire, de sa création par les Portugais à sa conquête par les Hollandais.

– Enfin, Vincenzo Coronelli insère des cartouches dans lesquels il fait inscrire l’histoire d’un pays, d’une expédition précise, ou de la conquête d’un espace. Il narre par exemple en détail le passage du détroit d’Anian, ou les voyages de Magellan.

 

Penser le globe à l’époque moderne, c’est donc aussi prendre toujours en compte les dimensions temporelles de sa découverte, de son exploration, de son occupation. Le temps du voyage affecte nécessairement notre capacité à comprendre et vivre l’espace ; les voyages et les déplacements, leur vitesse, leur possibilité ou non, façonnent nécessairement la pensée du globe, pour l’époque moderne comme pour la nôtre.

 


[1] Pour plus de détails, voir https://mondeourien.hypotheses.org/auteur
[2] Concept de Jean-Marc Besse, in Les grandeurs de la Terre, ENS Editions, Lyon, 2003.
[3] Antonella Romano, Impressions de Chine. L’Europe et l’englobement du monde, Fayard, Paris, 2016.
[4] Voir à ce sujet l’exposition en cours au musée Guimet, Le monde vu d’Asie, coordonnée par Pierre Singaravélou et Fabrice Argounès – ainsi que son catalogue.
[5] Je pense ici à l’idée d’un « globe impérial » que développe Denis Cosgrove, in Apollo’s Eye. A Cartographic Genealogy of the Earth in the Western Imagination, John Hopkins University Press, Baltimore, 2001, p. 16 : «  Seeing the globe and sensing the earth have both shaped and been shaped by the Western imperial and colonial project of making the modern world ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.