L’atelier I – Le globe comme archive

Le globe comme archive

Histoire matérielle et histoire des savoirs géographiques

 

Dans mon travail de thèse, c’est un objet qui occupe la place centrale : le globe terrestre de Marly, duquel tout découle et auquel tout retourne[1]. Il est à la fois la problématique et la clef de mon analyse, consistant à reconstruire une culture de la géographie dans les milieux lettrés et curiaux français à la fin du règne de Louis XIV, et à en interroger les aspects savant, politique, social.

Comment se constitue, se pratique, et s’emploie la géographie à cette époque et dans ce contexte ? Pour répondre à cette question, il faut nécessairement utiliser des objets, au moins autant que les grands ouvrages de géographie de ce temps. A plus forte raison lorsque le sujet même de ma thèse porte sur un objet. Mon objectif ici est de montrer que prendre en compte la matérialité même du globe terrestre est un moyen de faire de l’histoire. Étudier l’objet dans ses aspects concrets, sensibles, c’est accéder à une nouvelle compréhension de cette histoire à la fois sociale, intellectuelle et politique de la géographie.

Saisir l’objet en théorie

Commencer mon travail de recherche à partir d’un objet matériel implique le développement d’une méthodologie adaptée, et les questions dont je traite sont multiples, mais je souhaiterais tout d’abord principalement indiquer  a) qu’un objet peut très bien être considéré comme archive historique et que  b) pour mener mes recherches, je juge nécessaire de relier cet objet à d’autres types, plus « classiques », d’archives historiques.

Il me faut donc partir de l’objet lui-même : près de quatre mètres de diamètre, deux tonnes, une surface peinte sur un revêtement de toile et de plâtre qui présente des centaines d’images et d’inscriptions. On peut s’imaginer ce globe comme un ouvrage de géographie dont chaque élément aurait été découpé, et localisé à la surface du monde connu ; mais un ouvrage de géographie bien particulier.

Globe terrestre de Coronelli, BnF, Site François-Mitterrand. Photo Myrabella/Wikimedia Commons, CC-BY-SA

Dans la typologie des objets géographiques – et plus précisément des objets cartographiques – de l’époque moderne, le globe est particulier. Il n’est pas un atlas, qui force son lecteur/ sa lectrice à en tourner les pages mais lui offre en contrepartie des vues extrêmement détaillées de la planète, ni une carte murale ou isolée, qui présente tout ou partie du monde directement sous le regard des curieux•ses de géographie. Le globe, lui, force celui ou celle qui le regarde à tourner autour, ou bien à le faire pivoter sur son axe, pour en récupérer le plus de savoirs géographiques possible.

Ici, c’est donc aux aspects pratiques de la chose qu’il faut s’intéresser : sa matière, son volume, mais aussi la manière dont elle est employée. Pour ce faire, je me réfère, du moins en partie, à ce que certains historien•nes qualifient de material turn, c’est-à-dire la prise en compte, dans le travail historique, d’objets matériels comme archives. Mon approche s’inspire de ces propositions en considérant le globe à la fois comme objet de mon attention première, et objet matériel informant sur les pratiques géographiques à la cour de Louis XIV[2]. Je m’intéresse tout autant à la fabrication du globe, qu’à la signification des images à sa surface, et qu’au contexte dans lequel le globe est utilisé et exposé, au château de Marly.

En plus de ce souci matériel, il faut aussi envisager le globe en le projetant dans son contexte d’exposition originel, c’est-à-dire d’éviter de projeter nos propres usages d’un globe sur ceux de Louis XIV et de ses courtisans. L’histoire matérielle est ici aussi très utile, notamment pour déterminer si des globes étaient possédés ou non par des individus, par des institutions, et dans quel contexte matériel ils étaient exposés – dans une bibliothèque, avec d’autres cartes, avec des livres ou des instruments. L’histoire des savoirs et de la cartographie est aussi extrêmement importante à mobiliser, puisqu’elle permet de situer l’objet créé par Coronelli dans un paysage savant de ce temps : quelles étaient les normes, les théories, les savoirs, présents et mobilisés dans la fabrique d’un tel objet ?

Travailler avec l’objet, en pratique

Cette manière de faire de l’histoire passe donc par un engagement concret avec l’objet « globe » lui-même. Ce qui pose, de fait, quelques problèmes, et nécessite des ajustements : l’objet, par sa forme même, contraint, impose certaines interactions, en d’autres termes, agit sur notre manière de l’utiliser et de l’analyser.

Travailler avec une sphère implique des approches différant du travail avec une carte plane. Un globe terrestre est composé de douze fuseaux, qui sont gravés à plat sur une feuille, puis découpés et collés sur une sphère de bois[3]. Il est donc souvent possible de travailler à partir de ces fuseaux mis à plat, moyennant une petite gymnastique mentale et visuelle, mais en ayant d’un seul coup d’œil une vue totalisante du globe. Dans le cas des grands globes de Marly cependant, pas de fuseaux gravés en amont, mais une surface peinte directement sur la sphère : il faut se confronter à l’objet, et cette confrontation n’a rien d’évident.

C’est en effet à une sphère terrestre de quatre mètres de diamètre que je fais face ; elle est installée à la BNF, sur le site François-Mitterrand, et si son accès est libre, son exposition même ne me permet ni de pouvoir en lire toutes les inscriptions, ni de pouvoir en examiner tous les détails picturaux. Or, c’est depuis ce globe que je déploie mon travail : c’est à partir des inscriptions que je reconstitue la culture géographique de Coronelli, de Louis XIV et de ses courtisans, et c’est grâce à ses images que je tente de délimiter la culture visuelle géographique de ces mêmes acteurs et actrices. Il faut donc que je puisse m’en approcher au plus près.

En ce qui concerne les inscriptions, la chose est relativement aisée : j’ai à ma disposition la transcription manuscrite des inscriptions les plus détaillées du globe, réalisées à partir de 1704 par François Le Large, enrôlé comme gardien du globe terrestre par Louis XIV. Bien évidemment, il faut tenir en compte la possibilité d’une erreur dans la copie, d’une omission, considérer que les inscriptions du globe sont seulement indirectement accessibles au lecteur – d’autant plus que certaines se sont aujourd’hui effacées. Toutefois, cela reste la manière la plus efficace de travailler avec les inscriptions : Le Large mène son travail avec sérieux, allant jusqu’à rechercher les sources mobilisées par Coronelli dans la composition des textes.

Pour les images, la chose est plus complexe : il existe une couverture photographique du globe, disponible en ligne[4], mais elle est peu pratique à utiliser. Notamment, l’absence d’une reconstitution en trois dimensions du grand globe est particulièrement handicapante : certaines images sont coupées en deux, d’autres parfois délicates à localiser avec précision, et surtout, l’absence d’une vision globale nuit à la lisibilité de l’ensemble de la sphère tout en dissimulant certains liens entre certains groupes d’images. Ici aussi, le travail de François Le Large est utile : il a sélectionné une série d’images pour les décrire, et en donner une explication.

La place des manuscrits de François Le Large dans mon analyse du globe terrestre est donc importante à plusieurs titres. Tout d’abord, l’existence de ces manuscrits rend évident le fait que je ne peux pas me limiter à l’objet seul pour l’analyser et en écrire l’histoire. Les matériaux qui le constituent sont périssables, et le temps l’a soumis à quelques outrages, dont notamment l’effacement de certains éléments d’importance ; dans ce cas, c’est uniquement grâce à la médiation de François Le Large que je peux accéder à des savoirs disparus.

Ensuite, les manuscrits de Le Large rappellent qu’un objet n’est pas atemporel, mais bien toujours inscrit dans un contexte historique particulier. Le globe tel qu’il est achevé par Coronelli en 1683 n’est pas exactement le même objet que celui qui est exposé en 1704 à Marly – ne serait-ce que parce qu’il est exposé dans un pavillon équipé, sur un piétement construit à cette occasion. Enfin, le globe que l’on peut admirer aujourd’hui à la BNF n’est pas non plus le même objet. Chaque moment de l’histoire du grand globe implique des interactions différentes avec cet objet : plus question aujourd’hui de le faire pivoter, ni de décrypter les images à l’aide du manuscrit explicatif de Le Large comme pouvait le faire Louis XIV.

Expérimenter, interpréter et développer des hypothèses

Le grand intérêt de cette approche, c’est sa capacité à générer de nouveaux questionnements autour d’un objet dont l’histoire est a priori déjà bien balisée. C’est la piste déjà ouverte par le colloque organisé par Catherine Hofmann et Hélène Richard en 2007[5] ; et c’est une piste que je m’emploie à déployer en prenant en compte les récents développements de l’histoire des savoirs géographiques à l’époque moderne.

Ainsi, les problèmes concrets que je rencontre sont aussi intéressants d’un point de vue méthodologique : ils agissent comme les révélateurs de problématiques que rencontrent les acteurs sur lesquels je travaille, et que je partage parfois, mutatis mutandis. Les problèmes générés par l’installation des globes à la BnF (leur poids, le fait que le piétement original, en marbre et fer, soit bien trop lourd pour être installé, mais aussi toutes les problématiques liées à l’éclairage, à la vision, etc) en rappellent d’autres, rencontrés par les agents du roi lors de l’exposition de la sphère à Marly, à partir de 1704.

Plan pour l’exposition du globe terrestre à Marly par le cabinet Robert de Cotte, 1703. Numérisation Gallica, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55005614w

C’est entre autre une série de problématiques liées à la vision qui préside à l’établissement des manuscrits descriptifs et explicatifs de François Le Large, à la demande de Louis XIV – ils ne possédaient bien évidemment pas la couverture photographique que j’utilise ! Le globe terrestre avait pourtant été installé en pied, au centre de l’un des pavillons du château de Marly, pourvu d’un balcon pour pouvoir admirer l’hémisphère nord de la Terre. Le roi avait fait réaliser des loupes, pour l’aider à distinguer le texte. Mais comme le rappelle Le Large, cette entreprise est un échec.

La matérialité même du globe, sa démesure, est ici un obstacle à la diffusion des savoirs géographiques qu’il contient à sa surface, et donc un élément à prendre en compte lors de l’étude. Et pourtant, le globe reste exposé pendant une dizaine d’années dans le pavillon de Marly ; signe que le roi y trouve tout de même un certain intérêt. L’échec partiel de l’entreprise de Coronelli, qui livre un objet peu pratique, avec lequel les interactions sont limitées de facto, est rattrapé par le travail minutieux de François Le Large, qui se confronte physiquement au globe et permet à son souverain d’en faire autant.

En s’interrogeant sur l’exposition du globe, c’est aussi tout un monde de la pratique géographique qui est révélé[6] et autour duquel il est possible de faire graviter une série de problématiques liées aux sociabilités savantes à la cour du roi, aux ambitions coloniales de la France, à la fabrique de la géographie dans la France d’Ancien Régime. Qui venait assister aux visites du globe ? Quels objets entouraient la sphère ? Quels usages en étaient faits ? Où pouvaient se tenir les visiteurs ? Pouvait-on toucher le globe, le faire pivoter[7] ?

La cartographie est un enjeu de pouvoir, et sa mise en scène l’est tout autant : elle passe par des gestes concrets, une déambulation autour de la sphère, le commentaire d’une image particulière, une conversation polie tenue dans le pavillon. Ce sont ces pratiques qui entourent et concernent la sphère dont il est possible de faire l’archéologie, pour peu qu’une attention sincère soit portée à l’objet dans sa matérialité, toujours remis dans son contexte d’exposition. Ici, le sensible rejoint le savant et le politique, et l’historien•ne peut alors reconstituer partiellement des sensations, des gestes, des corps mouvants peut-être.

 

 


[1] Plus de détails sur mon sujet de thèse sur cette page : https://mondeourien.hypotheses.org/auteur
[2] Voir Giorgio Riello, « Things that shape history », in Karen Harvey, History and material culture, Routledge, New York / Abingdon, 2018 (1. ed. 2009).
[3] La page dédiée aux globes sur Gallica est disponible à cette adresse : https://gallica.bnf.fr/html/und/cartes/les-globes-en-fuseaux
[4] L’exposition virtuelle de la BnF est disponible à cette adresse : http://Pions.bnf.fr/globes/loupe/terre.htm
[5] Les actes de ce colloque ont été publiés : Hofmann et Richard (dir.), Les globes de Louis XIV, BnF Éditions, Paris, 2012.
[6] Voir Bruno Bentz, « Les globes à Marly, un cabinet de géographie », in Hofmann et Richard, op. cit.
[7] C’est la première chose que Coronelli mentionne à propos de son globe, dans un ouvrage géographique qu’il publie en 1693, l’Epitome Cosmografica : la mobilité du globe, qui peut tourner très facilement sur son axe.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.