L’auteur

Martin Vailly – Docteur de l’Institut Universitaire Européen (Florence)

@Martin_Vll

 

Après un master en histoire des sciences et des savoirs au Centre Alexandre Koyré de l’EHESS, sous la direction de Christian Jacob, j’ai récemment soutenu une thèse à l’EUI de Florence, sous la direction de Jorge Flores (EUI) et Christian Jacob (EHESS), Le monde au bout des doigts. François Le Large, le globe de Coronelli et les cultures géographiques dans la France de Louis XIV.

Formé au croisement de l’histoire des sciences et des savoirs, de l’histoire intellectuelle et de l’anthropologie des savoirs, je m’intéresse tout particulièrement à la matérialité des savoirs, aux pratiques des acteurs impliqués dans la genèse, l’objectivation, la fixation et la transmission de ces mêmes savoirs, un programme hérité de l’anthropologie historique des savoirs. De même, les aspects de culture matérielle et visuelle jouent un rôle central dans mon travail. L’objectif principal de mon projet est donc de comprendre la formation d’un savoir géographique, en observant comment ce savoir s’élabore, sur quelles sources, institutions, réseaux et pratiques il se fonde. Il s’agit ici de comprendre l’importance de la géographie pour l’Humain, comme l’un des outils centraux pour situer son existence, de pair avec l’histoire.

En partant des globes construits par Vincenzo Coronelli pour Louis XIV au début des années 1680 et en les replaçant dans leur contexte de production et d’exposition, mon travail de thèse a pour objectif de comprendre la construction, l’utilisation et la réception d’objets géographiques, d’images et de textes, dans les milieux lettrés et curiaux gravitant autour du Roi-Soleil au cours de la seconde moitié de son règne.