L’atelier I – Le globe comme archive

Le globe comme archive

Histoire matérielle et histoire des savoirs géographiques

 

Dans mon travail de thèse, c’est un objet qui occupe la place centrale : le globe terrestre de Marly, duquel tout découle et auquel tout retourne[1]. Il est à la fois la problématique et la clef de mon analyse, consistant à reconstruire une culture de la géographie dans les milieux lettrés et curiaux français à la fin du règne de Louis XIV, et à en interroger les aspects savant, politique, social.

Comment se constitue, se pratique, et s’emploie la géographie à cette époque et dans ce contexte ? Pour répondre à cette question, il faut nécessairement utiliser des objets, au moins autant que les grands ouvrages de géographie de ce temps. A plus forte raison lorsque le sujet même de ma thèse porte sur un objet. Mon objectif ici est de montrer que prendre en compte la matérialité même du globe terrestre est un moyen de faire de l’histoire. Étudier l’objet dans ses aspects concrets, sensibles, c’est accéder à une nouvelle compréhension de cette histoire à la fois sociale, intellectuelle et politique de la géographie.

Continuer la lecture