La carte et la mémoire : apprendre par les images.

La carte et la mémoire : apprendre par les images.

 

La précision du trait

Après son installation au pavillon de Marly en 1704, le globe terrestre de Coronelli suscite quelques interrogations. En vingt ans, le tracé de certains continents et de certains grands fleuves ou forêts s’est précisé : le cours du Mississippi, par exemple, n’est plus à jour sur la sphère. Certaines voix s’élèvent pour corriger les tracés des continents et des fleuves sur le globe. Pour autant, l’imperfection du tracé ne décrédibilise pas le globe terrestre ; en sont témoins les deux manuscrits descriptifs et explicatifs rédigés par François Le Large, garde de la sphère. L’un d’entre eux décrit et explique toutes les images du globe, révélant un ensemble de savoirs géographiques patiemment représentés à l’intérieur des continents et des mers du globe de Marly. La seule justesse du tracé ne constitue donc pas tout l’intérêt d’une carte à l’époque moderne : les images sur les cartes restent une source importante à prendre en considération.

Les ouvrages canoniques de l’histoire des savoirs géographiques ont souvent tendance à privilégier le « progrès » des techniques cartographiques et de leurs résultats[1]. L’histoire de la cartographie ne serait ainsi que celle d’une marche sans discontinuer depuis les premières cartes tracées sur un rocher jusqu’aux applications de géolocalisation contemporaines. Le seul objet de l’historien-ne serait ainsi d’identifier les progrès de la pratique cartographique, en observant comment se réduit l’écart entre nos propres pratiques cartographiques et celles des sujets de leurs recherches. La préférence de l’historien-ne se porterait donc vers des cartes plus « savantes », c’est-à-dire faisant la part belle au tracé et comportant souvent peu ou pas d’illustrations.

Continuer la lecture